L'enseignement de la physique à l'ENS

Publié le 18 octobre 2023 , modifié le 15 décembre 2023
Image
Fablab
Partager

Les enseignements dispensés à l’ENS s’adressent aux meilleurs étudiantes et étudiants issus des CPGE ou universités françaises et internationales, à partir d’un niveau bac+2, commençant leurs études à l’ENS avec la troisième année de licence (L3) ou en master première année (M1) ou master deuxième année (M2), ou au niveau doctorat. Il est donc possible de rejoindre nos cursus à ces différentes étapes. Chaque année d’étude est structurée en semestres sauf en doctorat. 

L’enseignement à l’ENS est un enseignement de très haut niveau, structuré par départements selon les disciplines telles la physique, la chimie, les mathématiques, ou les lettres, l’histoire, l’économie, etc. mais aussi interdisciplinaire. Tous nos enseignants sont également des chercheurs en contact permanent avec les dernières actualités de leurs domaines. Chaque étudiant ou étudiante est affilié(e) à un département principal, mais a aussi la possibilité, voir même l'obligation, de suivre des enseignements dans d’autres départements.

 

Les enseignements dispensés à l’ENS s’adressent aux meilleurs étudiantes et étudiants issus des CPGE ou universités françaises et internationales, à partir d’un niveau bac+2, commençant leurs études à l’ENS avec la troisième année de licence (L3) ou en master première année (M1) ou master deuxième année (M2), ou au niveau doctorat. Il est donc possible de rejoindre nos cursus à ces différentes étapes. Chaque année d’étude est structurée en semestres. 

 

Les "normaliens" intègrent l’ENS en L3 à l’issu soit du concours ``classique" pour les élèves des CPGE (classes prépas), soit du concours normalien étudiant. Tous les normaliens préparent les diplômes de L3, M1 et M2 de 60 ECTS ("crédits") chacun, mais aussi un diplôme spécifique de l’ENS qui comprend des enseignements complémentaires (pour 72 ECTS réparties sur la durée totale des études) en particulier aussi dans d’autres départements que le département principal. En physique, chaque promotion est composée d’une quarantaine de normaliens. Il est aussi possible en L3 de suivre certains doubles cursus particulièrement exigeants comme maths-physique ou physique-chimie, avant de choisir l’une des deux disciplines seulement en master. Tous les normaliens qui valident l’année de la L3 sont admis d’office dans le master ICFP du département de physique. Notons que tous les normaliens bénéficient de l’ensemble des infrastructures de l’ENS, comme l’internat et la cantine. Les enseignements de la L3 sont en français. Chaque normalien bénéficie d’un suivi personnalisé par un tuteur de son département de rattachement. Les normaliens recrutés sur le concours CPGE ont le statut administratif de fonctionnaires-stagiaires et à ce titre perçoivent un salaire. Les normaliens recrutés par le concours normalien étudiants bénéficient d’un complément de bourse pour ceux qui sont boursiers sur critères sociaux, et de la bourse d’excellence pour les femmes.

 

Les enseignements en physique en L3 sont articulés autour des disciplines fondamentales de la physique moderne avec des cours obligatoires comme la mécanique quantique, la physique statistique, des compléments de maths, la relativité restreinte, l’hydrodynamique et la physique du solide, complétés par des travaux pratiques, plusieurs enseignements optionnels et un stage expérimental l’été.

 

Il est aussi possible de rejoindre les études en physique à l’ENS directement au niveau master, en ayant le statut de "mastérien". En M1 nous recrutons une dizaine de mastériens essentiellement internationaux pour le master ICFP et qui rejoignent la promotion de nos normaliens, ainsi qu’une quinzaine de mastériens pour le master Quantum Engineering. Tous les enseignements en master sont en anglais. Il existe un nombre limité de bourses pour ces mastériens internationaux.

 

Pour le M1 ICFP, le premier semestre consiste en un certain nombre de cours au choix parmi une quinzaine offerte et couvrant un large spectre de la physique fondamentale moderne. Pendant le second semestre les normaliens et mastériens français font un stage de recherche dans un laboratoire à l’étranger, tandis que les mastériens internationaux font ce stage dans un laboratoire en région parisienne.

 

Pour sa deuxième année (M2), le master ICFP recrute ensuite un grand nombre (environ 70) de mastériens, essentiellement issus des meilleures universités françaises ou des grandes écoles proposant des formations de physique fondamentale. Ce M2 est organisée en 4 parcours spécialisés. Les enseignements sont toujours en anglais.

 

Les deux années du Master Quantum Engineering ont une structure commune : le premier semestre est constitué de cours et travaux pratiques et le deuxième semestre consiste en un ou deux stages de recherche dans des laboratoires académiques ou industriels.  L’essentiel des cours est organisé en un tronc commun autour de trois axes principaux: physique, contrôle des systèmes, et information quantiques. En M2, le cours Interaction Lumière Matière et le cours de Supraconductivité sont en commun avec le parcours ICFP. L’ensemble des enseignements sont en anglais. Les deux années de Master Quantum Engineering constituent un parcours unique, avec une continuité des enseignements, qui prépare à une thèse de doctorat dans un laboratoire académique ou dans le secteur privé. Toutefois, un accès direct en M2 reste possible, en particulier pour des étudiants internationaux, et des élèves des écoles d’ingénieurs françaises.
 

Pour les normaliens, il est possible d’insérer dans ce cursus L3-M1-M2 une ou deux années qui peuvent être consacrées à différents projets, comme préparer l’agrégation, suivre une année de formation dans un autre département de l’ENS, faire des stages supplémentaires, ou encore pour acquérir une expérience autre.

 

A l’issue de la formation des masters la plupart de nos étudiants continuent par un doctorat, soit dans un laboratoire de l’ENS, soit ailleurs en France ou dans le monde. A ce stade, l’ENS accueille dans ses laboratoires aussi des doctorants venus d’ailleurs.