Etienne KLEIN (CEA)
Ettore Majorana : quand la disparition cache l’oeuvre

Infos Complémentaires

Salle E244 (Conf IV) - 24 rue Lhomond

2éme étage - 13h30

Jeudi 16 février

Résumé :

Issu d’une prestigieuse famille sicilienne, Ettore Majorana (1906-1938 ?) fut
un physicien d’exception, introverti, solitaire et caustique. On ne put vérifier
aucune des hypothèses émises à propos de sa mystérieuse disparition :
suicide, assassinat, mort accidentelle, enlèvement par des services secrets
étrangers, fuite en Amérique du Sud... voire refuge dans un monastère à la
suite d’un sombre pressentiment - la physique serait en passe de se mettre
au service de la violence la plus radicale.

Collaborateur d’Enrico Fermi, Majorana écrivit neuf articles scientifiques
empreints d’élégance et d’originalité. Certains ne furent compris qu’après la
deuxième guerre mondiale. En 1933, peu de temps après la découverte du
positron, il rédigea son dernier article, profond et prophétique. Il y propose
une alternative à la théorie de l’antimatière formulée par Paul Dirac en
1931. Cette « théorie symétrique de l’électron et du positron », selon
laquelle chaque fermion neutre serait confondu avec son antiparticule,
pourrait s’appliquer aux neutrinos, ainsi qu’à des particules prédites par les extensions supersymétriques du modèle standard, encore à découvrir.

Salle E244 (Conf IV) - 24 rue Lhomond

2éme étage - 13h30