Nouvelle détermination de la constante de structure fine et un test de l’électrodynamique quantique
Pierre Cladé (LKB)

Infos Complémentaires

Salle de Conférences IV - 24 rue Lhomond

2ème étage - 13h30

Jeudi 24 Mars

Résumé :

L’électrodynamique quantique (QED) a été formalisée il y a plus de 60
ans pour expliquer deux phénomènes : les déplacements de Lamb dans
l’atome d’hydrogène et l’anomalie du rapport gyromagnétique de
l’électron, phénomènes inexpliqués par les théories électromagnétiques
admises jusque là. Aujourd’hui, c’est toujours à l’aide de ces deux
phénomènes que l’on teste de façon extrêmement précise la QED. Afin
d’effectuer un tel test, et en particulier celui de la mesure du rapport
gyromagnétique de l’électron, il est nécessaire de connaître précisément
l’intensité des interactions électromagnétiques, intensité caractérisée
par la constante de structure fine, alpha.

Au cours de cet exposé, je présenterai une nouvelle détermination de
alpha que nous avons réalisée en 2010. À l’aide d’un interféromètre
atomique, nous avons mesuré précisément la vitesse de recul d’un atome
de rubidium qui absorbe un photon de fréquence connue, vitesse à partir
de laquelle il est possible de déterminer alpha. La valeur de alpha
obtenue, 1/137.035999037(91), a une incertitude de 6.6x10^-10. Cette
valeur vient confirmer la valeur expérimentale de l’anomalie du rapport
gyromagnétique de l’électron, ce qui nous permet de réaliser un test
sans précédent de l’électrodynamique quantique. De plus, notre précision
est telle que l’on a pu vérifier pour la première fois les contributions
muoniques et hadroniques à cette anomalie.

Salle de Conférences IV - 24 rue Lhomond

2ème étage - 13h30