Rayonnement thermique cohérent
Jean-Jacques Greffet (Institut d’Optique)

Infos Complémentaires

↦ Voir en ligne :
Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Salle de Conférences IV - 2ème étage - 13h30

↦ Voir en ligne : Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Jeudi 15 janvier

Résumé :

Le rayonnement thermique, c’est-à-dire le rayonnement émis par un corps
chauffé tel qu’un filament de tungstène, est généralement considéré comme l’exemple type du rayonnement incohérent. D’une part, le spectre est très large. D’autre part, le rayonnement est quasi isotrope.

Lorsque l’on revisite ces phénomènes à des distances de la surface émettrice inférieures à la longueur d’onde, la situation change du tout au tout. Le rayonnement peut devenir cohérent spatialement, ce qui permet de réaliser des sources très directives. La densité d’énergie électromagnétique par unité de volume augmente de plusieurs ordres de grandeur et peut être quasimonochromatique pour certains matériaux. Le transfert de chaleur entre deux corps est alors considérablement augmenté dans le régime de champ proche. Nous montrerons que ces phénomènes sont liés à l’excitation thermique d’ondes de surface.

↦ Voir en ligne :
Enregistrement audiovisuel sur le site ENS - Savoirs en multimédia

Salle de Conférences IV - 2ème étage - 13h30