Prix des Trois Physiciens : De Mott à la supersolidité
Sébastien Balibar (LPS, ENS)

Infos Complémentaires

Ces séminaires ont lieu le jeudi à 13h30 en salle de conférence IV au 2ème étage du batiment dit "de chimie".

Jeudi 27 mars 2008

En physique des solides quantiques, on se demande si la supersolidité existe, c’est-à-dire si un système (en pratique l’hélium solide) pourrait être à la fois solide et superfluide. Il pourrait s’agir de la coexistence paradoxale entre un ordre dans l’espace réel (l’ordre cristallin) et un ordre dans l’espace des moments (la superfluidité). Depuis 2004, la controverse sur cette question fait rage entre de très nombreuses équipes dont la nôtre.

En physique des gaz sur réseaux optiques, on a observé, mesuré et calculé plusieurs propriétés de la transition ’isolant de Mott-superfluide’ depuis 2002.

Mott ayant été l’un des premiers lauréats du Prix des 3 Physiciens de l’ENS (en 1956), j’ai saisi l’occasion de ce bref séminaire pour comparer les deux approches d’un problème qui semble être le même. En fait, je montrerai pourquoi il n’est pas facile de passer de l’une à l’autre.

Quant à l’hélium solide, on y observe que s’il est vraiment supersolide à basse temperature, il est aussi plus rigide qu’à l’état normal. On a beau être convaincu que les anomalies observées sont associées au désordre (dislocations, joints de grains, ...), on ne comprend toujours pas comment.

Ces séminaires ont lieu le jeudi à 13h30 en salle de conférence IV au 2ème étage du batiment dit "de chimie".