Transition de phase dans un nano-système
Catherine Bréchignac (Orsay)

Jeudi 31 janvier 2002

De tout temps l’homme a été confronté à l’idée de changement d’état : l’eau se transforme en glace en hiver. Il fut clair ensuite que lors d’un changement de phase d’un corps pur macroscopique, les deux phases coexistent mais sont séparées par une surface de discontinuité. Si l’on diminue les dimensions d’un système à des échelles où la notion de surface de discontinuité n’a plus de sens, que signifie l’expression " changement de phase " ?

C’est l’objet d’études actuelles sur des petits systèmes, pour lesquels il est parfois possible de définir une chaleur latente de changement d’état, mais où les fluctuations spatiales font place à des fluctuations temporelles. Si la transition solide-liquide est compréhensible pour des systèmes comprenant au plus quelques dizaine d’atomes, la transition liquide-gaz, plus complexe, présente des problèmes conceptuels non encore résolus