La formation de la terre.
Claude Allègre (Institut de Physique du Globe, Paris)

Jeudi 25 mars 2004

Les résultats récents obtenus sur les compositions isotopiques du Xe, Ar, Ne d’une part et du W, Hf, Nd, Pb de l’autre, éléments dont la composition isotopique est modifiée par les radioactivités éteintes ou celles de très longues périodes, suivant les histoires chimiques des divers milieux, permettent de contraindre le scénario de la formation de la terre, c’est-à-dire son accrétion, la différenciation de son noyau, la formation de l’atmosphère, et l’émergence des premiers continents.

Un scénario cohérent émerge petit à petit de ces résultats sur ce qu’on peut appeler l’ histoire primitive de la terre, depuis l’ accrétion qui l’a constituée dans une nébuleuse solaire en évolution jusqu’à la formation des grandes structures.