Médaille Dirac

La très prestigieuse médaille Dirac vient d’être attribuée pour l’année 2011 à Edouard Brézin du Laboratoire de
Physique Théorique de notre Département, à John Cardy de l’Université
d’Oxford et à Alexander Zamolodchikov de l’Université de Rutgers.

Edouard Brézin est un spécialiste de la théorie des champs et de la
mécanique statistique. L’annonce officielle de la médaille Dirac cite sa
contribution à la théorie des transitions de phase et des phénomènes
critiques. Ses premiers travaux sur ce sujet ont été effectués à
Princeton, en collaboration avec Kenneth Wilson et David Wallace, lors
d’un séjour post-doctoral en 1971-1972. C’était le tout début de
l’application du groupe de renormalisation à la théorie des phénomènes
critiques.
De retour en France à Saclay, où il occupait un poste d’ingénieur au CEA,
il a débuté une longue et très fructueuse collaboration avec Jean
Zinn-Justin. Tous deux ont développé des méthodes de théorie des champs
qui ont permis le calcul précis des exposants critiques et, par
conséquent, une comparaison quantitative avec les résultats expérimentaux.

Parmi les nombreuses autres contributions d’Edouard Brézin, citons les
travaux (en collaboration avec Itzykson, Parisi et Zuber) sur la limite de
la théorie des champs quand le nombre des composantes devient très grand
(large N limit). Cette limite est très intéressante car elle permet de
découvrir de nouveaux comportements, inaccessibles à la théorie des
perturbations traditionnelle. Citons aussi le calcul avec Zinn-Justin des
effets de taille finie au voisinage du point critique (finite size
scaling), la théorie du mouillage critique (avec Halperin et Leibler), le
comportement des théories des champs en très grand ordre de la théorie des
perturbations, et encore ses travaux avec Kazakov sur la théorie des
cordes.

Edouard Brézin a accepté en 1986 l’invitation de l’Ecole Normale
Supérieure de prendre la Direction du Département de Physique, qu’il a
dirigé jusqu’en 1991. Son influence a été très grande au sein du
Département, où il a fait venir de nouvelles équipes. Il y a également
créé le Laboratoire de Physique Statistique.

Il a été président du CNRS de 1992 à 2000. Membre de l’Académie des
Sciences depuis 1991, il en a été le président en 2005-2006. Depuis 2003,
il est membre étranger de l’Académie des Sciences Américaine (United
States National Academy of Sciences) et, depuis 2006, de la Royal Society.

La contribution d’Edouard Brézin à l’enseignement de la physique est
considérable. Enseignant hors pair, il a enseigné pendant 30 ans à l’Ecole
Polytechnique, de 1974 à 2004. Il a aussi beaucoup enseigné à l’Ecole
Normale Supérieure, à la fois en second cycle et en troisième cycle en
physique théorique (Master). Il a aussi organisé et dirigé beaucoup
d’écoles internationales de physique. Nous sommes très nombreux dans ce
Département a avoir été inspirés par ses cours.

L’attribution de la médaille Dirac à Edouard Brézin récompense donc un
scientifique complet, exceptionnel tant par sa recherche que par sa
passion pour l’enseignement et les services rendus à la communauté
scientifique.