Une possible origine déterministe et astrophysique pour l’asymétrie biomoléculaire à la surface de la Terre primitive
Louis Le Sergeant d’Hendecourt (IAS,U-Psud)

Infos Complémentaires

Salle de Conferences IV
24 rue Lhomond
2ème étage - 13h30

Jeudi 3 Février

« Résumé :»

L’origine de l’asymétrie biomoléculaire sur la Terre a fait l’objet de très nombreuses
études théoriques et parfois expérimentales mais n’avait jamais été
précisément abordé dans un cadre astrophysique réaliste. L’expérience Chiral-MICMOC
de l’IAS, menée depuis 2003, a fini par obtenir des résultats probants :
la création d’excès énantiomériques significatifs imbriqués dans la matière
organique obtenue par photo/thermochimie d’analogues de glaces interstellaires.
Ces excès sont compatibles avec ceux mesurés dans certains acides
aminés extraits de météorites primitives. De très nombreuses conséquences
physiques, astrophysiques astrochimiques et astrobiologiques peuvent être explorées
à partir des conclusions expérimentales obtenues et du scénario astrophysique
proposé : transfert d’asymétrie chirale sur des solides initialement
achiraux (Principe de Curie, 1897), explication des excès énantiomériques
L présents dans les météorites, origine d’une partie de la matière organique
soluble des météorites primitives et finalement, une réelle possibilité que les
biomolécules importantes à la chimie prébiotique sont bien « d’essence cosmique
 », un phénomène que Pasteur avait entrevu dés 1848. Au-delà, le
résultat de cette expérience « non dirigée » fait sauter un verrou important,
celui du déterminisme de la sélection énantiomérique initiale (L) et plus loin
de l’origine déterministe des mécanismes biochimiques menant à l’apparition
de la vie sur la Terre.

Salle de Conferences IV
24 rue Lhomond
2ème étage - 13h30