Effets quantiques macroscopiques dans les réseaux de jonctions Josephson
Benoît Douçot (LPTHE Paris & CNRS)

Infos Complémentaires

Salle Conf IV, 24 rue Lhomond - 13h30

Jeudi 5 mars

Résumé :

Les réseaux de jonctions Josephson sont des systèmes quantiques
remarquables car l’amplitude des fluctuations quantiques peut y être contrôlée
à volonté en variant le rapport entre le couplage tunnel à travers les jonctions
et l’énergie électrostatique associée aux fluctuations de charge. On peut ainsi
passer, dans la limite de température nulle, d’une phase supraconductrice à
une phase isolante, simplement en réduisant la taille des jonctions tunnel. Je
présenterai plusieurs travaux récents, expérimentaux et théoriques, qui illustrent
l’importance des fluctuations quantiques dans ces sytèmes. Celles-ci se
manifestent d’une manière étonnante lorsque, en jouant sur la géométrie du
réseau et la frustration induite par le champ magnétique appliqué, on part
d’une limite classique fortement dégénérée. La mécanique quantique induit
des états collectifs de type "chat de Schrödinger", obtenus comme superposition
de 2^N états macroscopiquement distincts, N étant la taille du réseau.
L’absence de paramètre d’ordre classique rend ces états ultra-quantiques particuli
èrement insensibles à toute perturbation extérieure, d’où leur intérêt pour
la réalisation de mémoires quantiques.

Salle Conf IV, 24 rue Lhomond - 13h30