Michèle Leduc chercheuse CNRS récompensée par le prix Irène Joliot-Curie

Physicienne constamment engagée en faveur des femmes dans la recherche, Michèle Leduc, directrice de recherche au CNRS, vient de recevoir le prix Irène Joliot-Curie 2009 – catégorie "femme scientifique de l’année". La récompense sera remise le jeudi 5 mars 2009 par Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Louis Gallois, Président exécutif d’EADS.

Créé en 2001 par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et soutenu par la Fondation d’entreprise EADS depuis 2004, le prix Irène Joliot-Curie vise à promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France, en distinguant des femmes scientifiques aux carrières exemplaires. Il comprend quatre catégories : femme scientifique de l’année, jeune femme scientifique de l’année, parcours femme entreprise de l’année et mentorat. Chaque lauréate reçoit une dotation de 10 000 euros.

En récompensant Michèle Leduc par le prix de la "femme scientifique de l’année", le jury a tenu à saluer une femme ayant apporté une contribution personnelle remarquable dans le domaine de la recherche en France. Directrice de recherche au CNRS, Michèle Leduc a effectué presque toute sa carrière dans le laboratoire Kastler Brossel (CNRS / UMPC / Ecole normale Supérieure de Paris). Cette physicienne a tout d’abord étudié les propriétés de l’hélium, l’atome le plus simple sur Terre après l’hydrogène. Elle s’est ensuite intéressée aux fluides quantiques polarisés à basse température, mettant notamment en évidence la présence d’ondes de spin dans un gaz d’hélium 3. Depuis 1993, elle se consacre au domaine des atomes ultrafroids d’hélium 4 métastable. Ses projets de recherche l’amènent aujourd’hui à étudier les transitions de phase quantique dans les condensats de Bose-Einstein, un état particulier de la matière gazeuse. Actuellement, Michèle Leduc dirige l’Institut francilien de recherche sur les atomes froids (IFRAF) qui met en réseau depuis 2005 six laboratoires franciliens. Présidente de la Société française de Physique, elle a occupé par le passé divers postes à responsabilité. Membre fondateur de l’association « Femmes et sciences », elle s’investit constamment pour promouvoir la place des femmes dans la recherche.

Pour en savoir plus, consultez son portrait ou bien sa page personnelle