Quelques aspects physiques du développement végétal
Francis Corson (LPS)

Infos Complémentaires

En salle 316 (24 rue Lhomond, Paris 5, France).

Jeudi 20 novembre 2008 à 13h30

Si l’importance de mécanismes physiques dans la morphogenèse et la
régulation du développement animal est bien établie, ils ont reçu moins
d’attention dans le cas des plantes, en dépit du rôle que jouent les
contraintes mécaniques et le transport de l’eau dans leur croissance. Nous
nous sommes attaché à étudier la possibilité de tels mécanismes, en nous
intéressant notamment aux réseaux de nervures, et en nous appuyant sur
différents modèles de la croissance des tissus végétaux. Nous avons ainsi
examiné l’hypothèse d’un couplage entre contraintes mécaniques et
différenciation des tissus vasculaires, suggérée par l’analogie entre leur
structure et celle des réseaux de fractures. Les résultats d’un modèle de
prolifération cellulaire suggèrent par ailleurs que certains aspects de
leur géométrie résultent d’une réorganisation au cours de leur croissance,
et reflètent un équilibre de forces. Nous nous sommes également intéressé
à la forme des cellules dans les tissus végétaux, qui s’apparente à celle
des bulles dans les mousses liquides. L’examen des conditions requises
pour qu’une telle géométrie se développe laisse entrevoir une forme
particulière de la régulation de la croissance végétale. Nous proposons
par ailleurs une analyse fonctionnelle des réseaux de nervures, en
suggérant une interprétation de la présence de boucles dans ces réseaux,
là où les réseaux de transport optimaux ont typiquement une structure
arborescente. Nous montrons que la structure d’un réseau optimal soumis à
des fluctuations contient des boucles.

En salle 316 (24 rue Lhomond, Paris 5, France).