Ecoulement et Blocage de suspensions concentrees
Abdoulaye FALL (LPS)

Infos Complémentaires

En salle de conférence IV (24 rue Lhomond, Paris 5, France).

Mercredi 25 Juin 2008 a 14h

Nous reportons ici le comportement rhéologique de suspensions concentrées de particules non browniennes de fécule de maïs ou de polystyrène sphériques et monodisperses. Le système modèle de particules de polystyrène est utilisé afin de contrôler les propriétés physicochimiques de la suspension. Ce travail expérimental s’articule autour de deux aspects rencontrés chez les fluides complexes : le seuil d’écoulement et le seuil de rhéoépaississement.
Dans un premier temps, nous avons étudié l’origine du seuil d’écoulement. Nous avons, à partir de techniques de rhéologie classique et locale par IRM, montré que le seuil d’écoulement des suspensions modèles n’est observé que par l’introduction d’un contraste de densité entre les particules et le fluide suspendant. Ce contraste de densité introduit alors une consolidation à l’échelle des particules. Le seuil d’écoulement apparaît alors sans aucune sédimentation macroscopique de l’échantillon.
Dans un second temps, nous avons étudié un phénomène de structuration dynamique, sous écoulement : le rhéoépaississement. Ainsi, en couplant des mesures macroscopiques originales (comme l’étude de l’influence de l’entrefer de la géométrie de mesure sur le comportement rhéoépaississant, et des mesures de dilatation volumique en fonction du taux de cisaillement) et des mesures locales des propriétés d’écoulement par IRM, nous montrons que le rhéoépaississement de la suspension de fécule de maïs est une conséquence directe de la dilatance de Reynolds. Par ailleurs, le système modèle, contrairement à la suspension de fécule de maïs, présente un rhéoépaississement qui est accompagné d’un régime de localisation qui devient responsable d’un blocage partiel de l’écoulement dans l’entrefer de la géométrie de Couette.

En salle de conférence IV (24 rue Lhomond, Paris 5, France).