Imagerie fonctionnelle cérébrale par résonance magnétique.
Denis LE BIHAN (Service Hospitalier Frédéric Joliot, Département de Recherche Médicale Commissariat à l’Energie Atomique, Orsay)

Jeudi 29 mai 1997

Il est maintenant possible d’observer par imagerie par résonance magnétique (IRM) les modifications locales de débit sanguin et d’oxygénation du sang qui accompagnent l’activité cérébrale sans avoir recours à aucune injection.

Cette approche suscite actuellement un énorme intérêt dans la communauté scientifique et médicale car elle présente de nombreux avantages. Son caractère non invasif rend possible la répétition des expériences. La résolution spatiale de l’IRM est très bonne, permettant de distinguer des détails de l’ordre de 1 à 2 mm, et dépasse celle que l’on peut obtenir avec la technique tomographie par emission de positons (TEP).

L’enjeu est très important car d’une manière générale, toute technique d’imagerie fonctionnelle peut potentiellement accroître les connaissances actuelles sur le fonctionnement du cerveau et peut-être aider à préciser le diagnostic concernant les personnes souffrant de troubles neurologiques ou psychiatriques.