Transport électronique et transition métal-isolant dans les quasicristaux.
Didier Mayou (LEPES, Grenoble)

Jeudi 6 février 1997

Après une description rapide de la structure atomique des quasicristaux on présente les caractéristiques expérimentales du transport électronique et en particulier de la conductivité à fréquence nulle. Bien que composés de bons métaux (Aluminium, Cuivre, Fer...) les quasicristaux de grande qualité structurale ont une conductivité très faible et sont proches d’une transition métal-isolant. Les mesures de transport mettent en évidence des phénomènes d’interférences quantiques, analogues à ceux observés dans les systèmes désordonnés.

On présente ensuite une analyse théorique de la structure et du transport électroniques dans le cadre d’un modèle d’électrons indépendants. On discute aussi le rôle probable de l’interaction Coulombienne entre électrons, pour la transition métal-isolant.