Une nouvelle méthode pour l’imagerie des poumons : l’IRM avec de l’hélium-3 hyperpolarisé.
Pierre-Jean Nacher (Laboratoire Kastler-Brossel, ENS, Paris)

Jeudi 18 juin 1998

L’Imagerie de Résonance Magnétique (IRM) est une méthode très puissante pour visualiser différents organes et faire des diagnostics en médecine, mais elle ne convient pas, dans sa forme conventionnelle, pour les poumons et leurs troubles fonctionnels. Les premières images de poumons humains obtenues par IRM de gaz polarisé datent de fin 1995 : un gaz rare (helium-3 ou xenon-129) dont l’aimantation est préalablement portée bien au-dessus de sa valeur d’équilibre par pompage optique (il est alors dit hyperpolarisé) est inhalé, puis une série de mesures RMN permet d’en reconstruire une image bi- ou tri-dimensionnelle.

La collaboration de notre équipe au LKB avec une équipe de physiciens et médecins à Orsay a permis d’explorer une voie originale, et de réaliser les toutes premières images de ventilation pulmonaire en bas champ magnétique, mais aussi de mesurer la diffusivité effective du gaz dans les espaces alvéolaires.

Ces résultats seront replacés dans le contexte des autres travaux en cours en France et dans le monde, et j’essaierai de montrer que cette nouvelle méthode d’imagerie recèle bien des sujets de recherche pour le physicien, et pourrait représenter à terme un outil de choix pour le biologiste et le médecin.