Le centrosome, un invariant évolutif.
Michel Bornens (Institut Curie, Paris)

Jeudi 11 décembre 1997

Le centrosome gouverne dans les cellules animales l’assemblage de longs polymères protéiques, les microtubules, impliqués directement dans de très nombreuses activités cellulaires, liées au trafic membranaire et à la motilité, et dans la division. Le rôle essentiel du centrosome dans l’organisation de la cellule animale tient aux propriétés morphogénétiques des microtubules qu’il nuclée, et à sa capacité de se reproduire et de former les deux pôles du fuseau mitotique. C’est sur cette dernière propriété que repose en fait la division des cellules animales : on peut montrer dans beaucoup d’espèces animales, que la cellularisation de l’embryon précoce déclenchée par la fécondation ne dépend que du centrosome, situé à la base du flagelle du spermatozoïde : un centrosome isolé d’une cellule somatique d’espèces très éloignées de la grenouille, de l’oursin jusqu’à l’homme, permet un développement parthénogénétique lorsqu’il est injecté dans un ovocyte de grenouille prêt à être fécondé. Cette conservation fonctionnelle du centrosome va de pair avec une remarquable conservation structurale de certains éléments du centrosome. Nous décrirons les approches expérimentales que nous utilisons pour aborder les mécanismes moléculaires qui sous-tendent les deux grandes propriétés du centrosome, sa capacité de nucléer des microtubules et celle de se reproduire. Elles tirent parti de la conservation évolutive des fonctions du centrosome.

On comparera également les propriétés du centrosome, tel qu’il a été sélectionné par l’Evolution biologique, avec celles des centres formés par auto-organisation des microtubules sous l’action des moteurs moléculaires.