Réduction de symétrie aux interfaces et anisotropie optique "interdite" dans les hétérostructures semiconductrices.
Paul Voisin (LPMC - ENS, Paris)

Jeudi 24 juin 1999

Les cristaux à symétrie cubique ont nécessairement des propriétés optiques isotropes : il est tentant de penser que l’empilement de couches de tels cristaux le long d’un axe cristallin [0,0,1] garde des propriétés optiques isotropes dans le plan perpendiculaire à cet axe. C’est en particulier un résultat exact de la "théorie des fonctions enveloppes" habituellement utilisée pour décrire les états électroniques dans les puits quantiques de semiconducteurs.

Je décrirai les résultats expérimentaux élémentaires qui infirment cette proposition, et comment la réduction de symétrie cristalline au voisinage des interfaces explique l’observation d’une anisotropie optique géante dans certaines structures à puits quantiques.