Règles de sommes et relations de Kramers-Kronig en optique non-linéaire.
Franco Bassani (Scuola Normale Superiore de Pise, Italie)

Jeudi 10 février 2000

Les relations de Kramers-Kronig sont très utiles pour l’étude des propriétés optiques des solides puisqu’elles établissent une connexion entre la partie dissipative et la partie dispersive des constantes optiques.

Les règles de somme donnent elles aussi une relation générale entre les propriétés optiques et le nombre d’électrons.

Dans le cas de l’optique non-linéaire, on peut montrer que, en raison de la causalité temporelle, de nouvelles relations de Kramers-Kronig et plusieurs règles de somme sont encore valables. Les contraintes ainsi obtenues sont liées à la densité des électrons et au caractère de non-linéarité du matériau. Des exemples relatifs à la génération d’harmoniques et aux expériences de "pump and probe" sont ici présentés.