RMN en chimie : corrélations de fluctuations intramoléculaires
Geoffrey Bodenhausen (ENS, Dept. de Chimie, Paris)

Jeudi 15 novembre 2001

Le résonance magnétique de spins nucléaires I = 1/2 tels que ceux du proton, du carbone-13, et de l’azote-15 peut faire appel à l’excitation de cohérences à plusieurs quanta, dont la relaxation (décohérence) donne des renseignements précieux sur les orientations relatives de diverses interactions telles que les couplages dipôle-dipôle entre atomes voisins et les effets Zeeman anisotropes.

Une multitude d’observables nouvelles ont pu être mesurées dans notre laboratoire, dont certaines donnent une vision nouvelle sur la structure et la dynamique de biomolécules telles que les protéines et les acides nucléiques.