Quelques résultats récents sur l’évolution à long terme de la rotation des planétes telluriques.
Jacques Laskar (Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides, Observatoire de Paris/CNRS)

Jeudi 02 octobre 2003

L’évolution à long terme de l’axe de rotation des planétes telluriques dépend fortement des perturbations gravitationnelles créées par l’ensemble des planétes du Systéme solaire qui induisent une large zone chaotique dans l’ obliquité.

Sur l’âge du Systéme solaire, il faut aussi tenir compte de différents effets dissipatifs en général mal connus (effets de marée terrestre et atmosphérique, friction noyau-manteau) qui peuvent ausi faire varier l’obliquité ou la vitesse de rotation des planétes.

Je présenterai en particulier les études récentes que nous avons menées pour répondre aux deux questions suivantes :

- Est-il possible par effets dissipatifs de faire basculer la Terre jusqu’à plus de 50 degrés il y a 650 Ma pour expliquer les observations de glaciations équatoriales du Néoprotérozoique ?

- Pourquoi Vénus tourne t-elle à l’envers ?