Autres prix et distinctions (par année)

2014

Gérald Bastard {JPEG}Gérald Bastard
The Welker Award 2014 has been attributed to Dr. Gérald Bastard from the Laboratoire Pierre Aigrain ENS in Paris for seminal contributions to the theory of electron states in semiconductor heterostructures (Envelope Function Approximation, Quantum Well Stark effect, energy relaxation in Quantum Dots)
The Welker Award was established in 1976 by Siemens AG in honor of Heinrich Welker, the pioneer in the field of III-V compound semiconductors. The award is now supported by Osram GmbH and given away for outstanding research in the area of III-V compound semiconductors.
The Awards will be presented on Tuesday 13th May 2014 during the International Symposium for Compound Semiconductors in Montpellier.

Jean Michel Raimond {JPEG}Jean-Michel Raimond
The European Physical Society [EPS] has the pleasure to announce that the 2014 EPS Edison-Volta Prize is awarded to Jean-Michel Raimond for “seminal contribution to physics (that) have paved the way for novel explorations of quantum mechanics and have opened new routes in quantum information processing”.

J.-M. Raimond’s PhD thesis was supervised by Serge Haroche at Ecole Normale Supérieure in Paris, France, in the early 1980′s, and together S. Haroche, M. Brune and J.-M. Raimond have built an extremely successful research group since then. J.-M. Raimond has made seminal contributions to the development of cavity QED experiments, in particular involving circular Rydberg atoms interacting with very high-Q superconducting cavities. This system has served as test-bed for groundbreaking experiments in exploring entanglement of photons and atoms, or in creating Schrödinger-cat states. One of the group’s most spectacular experiments is the detection of a photon in a cavity without destroying it in the measurement process. In the international scientific community, Jean-Michel Raimond’s work is highly considered for its impact on the understanding of the interaction of electromagnetic radiation with matter, as well as for the elegance and beauty of his experimental realizations.

J.-M. Raimond is professor at Pierre-et-Marie-Curie University in Paris since 1988, in addition he was appointed for a ten-year research position at the prestigious Institut Universitaire de France from 2001-2011 (and is an honorary member since then). He has been awarded the Ampere Prize of the French Academy of Science (together with M. Brune), as well as the Gay-Lussac-Humboldt Award by the German Humboldt foundation. He is an enthusiastic teacher and has also served on different positions for the management and rganization of science and higher education.

See online : Jean-Michel Raimond, Lauréat du prix Edison Volta 2014

2013

JPEGProfesseur Elisabeth Giacobino, directrice de recherche au CNRS, membre de l’équipe d’optique quantique au Laboratoire Kastler‐Brossel (CNRS, École normale supérieure, Université Pierre et Marie Curie), Paris.
Elisabeth Giacobino est une physicienne dotée de compétences de très haut niveau en optique quantique, optique linéaire et information quantique. Depuis plusieurs années, elle tient le record du monde dans la réduction du bruit quantique de la lumière. Elle est bien connue aussi pour son récent travail sur la dynamique de plusieurs corps quantiques dans des puits quantiques semi‐conducteurs. En Allemagne, elle continuera sa recherche sur la dynamique et la mémoire quantiques ainsi que l’étude de la lumière quantique interagissant avec des nano‐objets à l’Institut Max‐Planck de physique de la lumière à Erlangen.

Professeur Jean‐Michel Raimond, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie et chercheur au Laboratoire Kastler Brossel (CNRS, École normale supérieure, Université Pierre et Marie Curie), Paris
Le travail scientifique de Jean‐Michel Raimond a été consacré à l’exploration de propriétés fondamentales du monde quantique. Il a contribué au développement de techniques expérimentales, fondées sur des atomes de Rydberg et des cavités micro‐onde supraconductrices, qui rendent possible l’observation de l’interaction entre un atome et un photon uniques. Les résultats de ces expériences peuvent être interprétés directement en termes de postulats fondamentaux de la physique quantique. Ces travaux contribuent donc à notre compréhension de l’intrication, de la mesure quantique et des processus de décohérence. Ils constituent aussi des prototypes de systèmes simples de traitement quantique de l’information. En Allemagne, il coopérera avec ses collègues de l’Université de Bonn.
Jean‐Michel Raimond a été directeur du département de physique de l’École normale supérieure , rédacteur en chef de European Physical Journal D . Il est aujourd’hui Divisional Associate Editor de Physical Review Letters.

2011

Jean Iliopoulos {JPEG}Le prix "High Energy and Particle Physics Prize 2011" est attribué à Jean Iliopoulos.
Jean Iliopoulos, directeur de recherche au Laboratoire de Physique Théorique de l’ENS, a reçu en juillet 2011 à Grenoble, à la conférence européenne de physique des hautes énergies, le prix "High Energy and Particle Physics Prize 2011" attribué tous les deux ans par la Société Européenne de Physique.

Ce prix prestigieux lui est attribuée, avec Sheldon Glashow (Harvard) et Luciano Maiani (Rome), pour des travaux cruciaux effectués en 1970, qui constituent un élément essentiel du Modèle Standard de la physique des particules et interactions fondamentales. Ils ont montré comment l’introduction d’un quatrième quark dit charme permettait de résoudre certains problèmes fondamentaux de la théorie des interactions faibles, pourvu que ce quatrième quark ne soit pas trop lourd, devant être à la portée des accélérateurs de l’époque, comme l’exprime le mécanisme "de GIM" qui porte leur nom. La découverte du J/psi, état lie charme-anticharme, en 1974, et celle des mésons charmés en 1976, a suivi peu après, récompensée par le prix Nobel de physique attribué en 1976 a B. Richter et S. Ting. Le mécanisme de GIM est maintenant inclus dans le Modèle Standard, où interviennent aussi le quark de beauté et le quark top, découverts par la suite.

Jean Iliopoulos, membre fondateur du LPTENS, en a été le directeur. Académicien, il a effectué bien d’autres travaux de première importance sur le Modèle Standard comme en supersymétrie, et a reçu d’autres distinctions prestigieuses comme le prix Sakurai de la Société Américaine de Physique (1987) et la médaille Dirac (2007). Il s’est beaucoup investi dans l’enseignement a l’Ecole, au DEA de physique théorique, dans l’accueil des étudiants étrangers, et la formation des jeunes chercheurs. Il est doté d’une personnalité particulièrement chaleureuse, et possède des talents culinaires célèbres, a la hauteur de ses talents de physicien.

Edouard Brezin {JPEG}The 2011 Dirac Medal and Prize are awarded to Edouard Brezin (Ecole Normale Superieure, Paris, France), John Cardy (University of Oxford, UK) and Alexander Zamolodchikov (Rutgers University, New Jersey, USA) in recognition of their independent pioneering work on field theoretical methods to the study of critical phenomena and phase transitions ; in particular for their significant contributions to conformal field theories and integrable systems. Their research and the physical implications of their formal developments have had important consequences in classical and quantum condensed matter systems and in string theory.

2010

Bernard Derrida {JPEG}Bernard Derrida, membre du laboratoire de Physique Statistique de l’Ecole Normale Supérieure, Professeur à l’Université Paris 6, recevra la médaille Boltzmann en 2010. Cette médaille, décernée tous les trois ans, est la plus haute distinction en physique statistique. Au delà de son impact sur la physique pure, la physique statistique trouve aujourd’hui des applications dans de nombreux domaines allant de la biophysique à l’étude de réseaux en tous genres, à l’économie et la finance, à la théorie de l’information ou au trafic routier. L’activité de Bernard Derrida occupe une place à la fois centrale et unique dans la mécanique statistique moderne. Derrida a centré ses activités principalement sur deux questions : l’extension de la physique statistique aux systèmes désordonnés et aux systèmes hors d’équilibre. Ses travaux les plus connus portent sur les systèmes désordonnés, les verres de spin, et l’obtention de solutions exactes de modèles prototypes hors d’équilibre. Il a formulé et résolu ce qui est maintenant connu comme « le modèle d’énergie aléatoire de Derrida », une version étonnamment réduite d’un système désordonné qui, néanmoins, en présente les caractéristiques principales. Il a également utilisé son talent pour éclairer des questions difficiles dans d’autres domaines allant de l’algorithmique et de la combinatoire jusqu’à la biophysique et la génétique des populations. Une caractéristique de Derrida est son unique capacité à formuler un problème générique qu’il tente ensuite de résoudre par une association puissante d’astuce mathématique et d’approche numérique exacte. C’est un chercheur à la fois prolifique et profond : chacun de ses deux cents articles est le fruit d’une réflexion intense.

Jean Dalibard {JPEG}Jean Dalibard a reçu un prix Blaise Pascal 2009 de l’European Academy of Sciences
In recognition of his outstanding and influential works in atomic physics and quantum optics : manipulation of atoms by electromagnetic fields to obtain extremely cold gases, with applications from metrology to collective quantum phenomena. In particular, Jean Dalibard proposed the principle of the magneto-optical trap, a tool henceforth very extensively and successfully used in atomic and molecular physics ; he also showed the possibility of realizing matter-wave frequency modulation. Since 1998, he has studied the properties of Bose-Einstein Condensates and has shown that condensates in rotation contain arrays of quantized vortices. With his team, he demonstrated the first example of a magnetically guided atomic beam in the collision regime, revealed interferences of an array of independent BECs and examined fermionic condensates.
Page personnelle de Jean Dalibard

2009

JPEGThe Lewis Fry Richardson Medal is awarded in 2009 to Prof. Stéphan Fauve for his many contributions to nonlinear geosciences, mainly through elegant laboratory experiments with wide applications to turbulence (thermal convection, surface waves and wave turbulence, pattern dynamics) and his significant contribution to the recent spectacular results on processes related to the geodynamo. The latter results are a major experimental achievement in magnetohydrodynamics with important applications to geophysics.

Michèle Leduc {JPEG}Michèle Leduc
Physicienne constamment engagée en faveur des femmes dans la recherche, Michèle Leduc, directrice de recherche au CNRS, vient de recevoir le prix Irène Joliot-Curie 2009 – catégorie "femme scientifique de l’année". La récompense sera remise le jeudi 5 mars 2009 par Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Louis Gallois, Président exécutif d’EADS.

Créé en 2001 par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et soutenu par la Fondation d’entreprise EADS depuis 2004, le prix Irène Joliot-Curie vise à promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France, en distinguant des femmes scientifiques aux carrières exemplaires. Il comprend quatre catégories : femme scientifique de l’année, jeune femme scientifique de l’année, parcours femme entreprise de l’année et mentorat. Chaque lauréate reçoit une dotation de 10 000 euros.

En récompensant Michèle Leduc par le prix de la "femme scientifique de l’année", le jury a tenu à saluer une femme ayant apporté une contribution personnelle remarquable dans le domaine de la recherche en France. Directrice de recherche au CNRS, Michèle Leduc a effectué presque toute sa carrière dans le laboratoire Kastler Brossel (CNRS / UMPC / Ecole normale Supérieure de Paris). Cette physicienne a tout d’abord étudié les propriétés de l’hélium, l’atome le plus simple sur Terre après l’hydrogène. Elle s’est ensuite intéressée aux fluides quantiques polarisés à basse température, mettant notamment en évidence la présence d’ondes de spin dans un gaz d’hélium 3. Depuis 1993, elle se consacre au domaine des atomes ultrafroids d’hélium 4 métastable. Ses projets de recherche l’amènent aujourd’hui à étudier les transitions de phase quantique dans les condensats de Bose-Einstein, un état particulier de la matière gazeuse. Actuellement, Michèle Leduc dirige l’Institut francilien de recherche sur les atomes froids (IFRAF) qui met en réseau depuis 2005 six laboratoires franciliens. Présidente de la Société française de Physique, elle a occupé par le passé divers postes à responsabilité. Membre fondateur de l’association « Femmes et sciences », elle s’investit constamment pour promouvoir la place des femmes dans la recherche.
Pour en savoir plus, consultez son portrait ou bien sa page personnelle.